Sélectionner une page
Quand :
23 juillet 2017 @ 19 h 30 – 20 h 20
2017-07-23T19:30:00+02:00
2017-07-23T20:20:00+02:00
Coût :
Gratuit

Entre ciel et terre, fantaisie et quotidien, un couple de saltimbanques, récupérateurs et acrobates, échappe à la pesanteur. Une « vie de bohème », pas toujours très romantique et dont les situations prêtent souvent plus au burlesque qu’à la poésie, enfin plutôt à la poésie du burlesque… Travail, famille,… voyages. L’échappée est un bol d’air, un bout de vie avec des sans patrie.
Ce spectacle, sans coller au quotidien, s’en inspire pour mieux le dépasser et tenter de toucher à ce qui fait tenir, ce qui pousse à aller toujours en avant, malgré les difficultés de parcours.
A l’image du portique métallique rouillé, réinvesti, habillé, ré-embelli par des paroles et des couleurs offertes par les rencontres de voyage, nous proposons au public d’embellir sa vie par des sourires partagés…
En ces temps difficiles, les spectateurs seront invités à se retrouver dans ce rapport entre l’homme et la femme, pour en sourire ; et dans leurs prouesses, pour y oublier leurs propres soucis quotidiens, et repartir revivifiés.

La compagnie du Cirque la Cabriole est fondée par un duo d’artistes formés à l’école de cirque « Les Noctambules » à Nanterre, et profondément marqués par le caractère à la fois humaniste, engagé et exigeant de la formation reçue auprès de Michel Nowak.
Après trois années en piste avec le Cirque Romanès et la cie Les Noctambules, c’est en Midi Pyrénées que le duo prend son envol en 2002. Un premier lieu de résidence à Montbel en Ariège, leur donne l’espace et le temps d’une première création, puis en 2005  l’accueil à l’école de cirque ZMAM à Mazamet où sont créés les spectacles suivants, sur fond d’échanges et de partage avec les équipes de l’école… L’équipe artistique également s’étoffe, avec  l’entrée dans les spectacles de la musique vivante, la marionnette, la lumière, le jeu masqué… En 2010 l’accent est remis sur Cirque et musique, avec la création sous chapiteau du Cirque Alea, hommage au cirque à la manière d’Annie Fratellini. En 2011 la compagnie prend en main son propre lieu de travail, c’est à Graulhet, toujours dans le Tarn, qu’elle a trouvé son Eldorado…Leur univers artistique croise les arts de la piste, la musique et la comédie, en créant une complicité dans la relation avec le public. Inspirés des films muets, du théâtre forain, des arts nomades, ils cherchent à lier la prouesse circassienne à la poésie des rapports humains, dans une atmosphère chaleureuse.Dans un monde de plus en plus virtuel, aux désirs télécommandés par les sirènes de la consommation, nous remettons l’être de chair et de cœur au centre du propos.  «  Votre spectacle m’a fait du bien  », cette phrase entendue tant de fois au fil des ans est notre plus grande fierté”.